NOTRE COMITE ORT BELGIUM ASBL

BARON VIVIEN DE GUNZBURG  VICE-PRESIDENT

Le Baron Vivien de Gunzburg, descendant de la famille fondatrice de l’ORT en 1880, rend hommage à l’ORT en Belgique et dans le monde

L’ORT est l’une des plus anciennes et grandes ONGs dédiées à l’éducation.
Fondée à St Pétersbourg (Russie) en 1880 par quelques familles dont les Poliakoff, les Rosenthal, les Bakst ainsi que les Gunzburg, l’ORT s’est consacrée à l’éducation juive et générale depuis plus de 140 ans au niveau international.

ORT est l’acronyme russe de “Organisation pour le Travail artisanal et agricole”

En l’honneur des vingt-cinq ans de règne du Tsar Alexandre II de Russie, nos familles ont obtenu l’autorisation de créer l’ORT, établie initialement sous la forme d’un fonds de solidarité pour financer des écoles juives ainsi que pour octroyer des aides ou prêts à des artisans ou agriculteurs. Au début du XXème siècle, l’ORT crée ses propres écoles comme solution alternative afin de permettre à la population juive d’avoir accès à l’éducation scolaire lorsque la Russie n’acceptait que 5% d’élèves juifs dans ses écoles publiques. Et pour les adultes qui n’avaient pu avoir accès à une scolarité, donc ne savaient ni lire ni écrire, l’ORT a formé hommes et femmes afin qu’ils apprennent des travaux manuels dans le but de trouver un emploi, subvenir à leurs besoins, intégrer la société, pouvoir se faire respecter, devenir indépendants et voler de leurs propres ailes.

Depuis lors, ONG non sectaire, souhaitant protéger toutes les populations en danger, l’ORT s’est évertuée à rompre la marginalisation de minorités et transformer des millions de vies dans le monde par la formation et l’éducation.

De par l’Histoire, l’ORT a tout d’abord suivi le peuple juif depuis la Russie -où l’on pouvait y recenser la plus grande population au monde fin XIXème, vers l’Europe de l’Ouest, les Etats-Unis et l’Amérique du Sud.

Rien n’a pu arrêter l’ORT d’aider les différentes populations, quelles que soient les conditions ou circonstances économiques, géopolitiques ou sociales. L’ORT a ainsi éduqué des hommes, des femmes et des enfants de tous horizons. Elle est intervenue durant les pogroms en Russie, au lendemain de la seconde guerre mondiale dans les camps de déplacés/réfugiés, dans des pays en guerre ou sans ressources mais aussi dans les pays les plus riches pour permettre à ses minorités de se remettre le pied à l’étrier le plus rapidement possible.

L’ORT a été active dans 100 pays

L’ORT a créé des écoles et programmes par milliers, et a contribué à aider certains pays de l’Est à élaborer leur système d’éducation scolaire et a mis en place le cadre pour la création d’autres organisations non gouvernementales.

Aujourd’hui, l’ORT est active dans près de 40 pays et offre une formation au sein de ses propres écoles ou de celles appartenant à de nombreux Etats, ainsi qu’au travers de programmes de plus ou moins longue durée, hors école et au sein d’entreprises. Ces programmes bénéficient à environ 300.000 étudiants dans le monde dont plus de 3.000 étudiants jouissent de transport et repas chaque année.

STEM = Sciences, Technology, Engineering, Mathematics

L’ORT continue à créer des programmes pour venir en aide aux plus démunis. Dans les pays les plus avancés, l’ORT souhaitant améliorer les compétences de jeunes étudiants et les former aux métiers de demain, s’est adaptée et spécialisée notamment en offrant des programmes techniques ou technologiques (STEM).

A travers son réseau mondial, l’ORT dote ses écoles de « Smart Boards », de
« Smart Class Rooms », d’ordinateurs pour chacun de ses étudiants et organise, entre autres, des rencontres et compétitions robotiques pour ses étudiants d’où qu’ils soient. Un groupe de Dimona s’est distingué dans un concours de la NASA.

Etendue et qualité de l’action de l’ORT

Des programmes de la « Coopération Internationale » intervenant à Haïti après le tremblement de terre (2010), éduquant des enfants soldats au Liberia au sortir des guérillas, créant des immeubles scolaires en Birmanie ou encore offrant du matériel médical contre le Covid à Cuba, jusqu’aux formations scolaires qui permettent à des élèves de l’ORT Brésil d’entrer à l’Université Technion en Israël ou à d’autres  d’intégrer Polytechnique en France, l’ORT démontre la qualité et le succès d’une vision globale et d’une application pragmatique locale coordonnées.

Son approche, sa pluralité, son adaptabilité mais aussi son humanitarisme et son souhait ultime d’intégration sociale pour tous encouragent les étudiants à atteindre leur plein potentiel en créant un cercle vertueux.

Grâce à sa longue et large connaissance des défis de l’éducation, sa compréhension et compatibilité avec les institutions locales, l’ORT représente une véritable colonne vertébrale pour les élèves (et leur famille) et leur offre un apprentissage flexible. Elle donne ainsi une éducation durable, promeut l’intégration dans une communauté internationale et finalement donne accès à l’emploi de demain.

Une approche globale

L’ORT ne remplit pas seulement son mandat éducatif, mais aussi contribue par son réseau à la mobilité sociale et géographique, préparant ainsi nos étudiants à la globalisation du monde.

L’ORT fait le lien entre la capacité et les opportunités. L’ORT aide les jeunes et moins jeunes à mieux comprendre le monde, leur donne les moyens afin de tirer parti de cette formation et faire que l’impact de cette éducation puisse pleinement les aider à prendre leur sort entre leurs mains, pouvoir décider ce qu’ils souhaitent devenir, et atteindre ce but.

L’ORT en Belgique

En 2021, l’ORT existe depuis 75 ans en Belgique. En 1946, l’ORT y a créé trois écoles pour y accueillir les enfants et adultes ayant survécu aux atrocités de la guerre mondiale et les aider à se former. L’ORT ayant accompli son devoir et la Belgique ayant aujourd’hui une scolarité laïque de très bon niveau, l’ORT Belgique soutient maintenant les écoles et programmes de l’organisation dans le reste du monde.

Eric Osterweil, puis Charlotte Gutman-Fischgrund, présidents successifs de l’ORT en Belgique, continuent ce travail remarquable. Sous l’impulsion d’Eric et de Charlotte ainsi que de Robert Taub et du conseil d’administration, l’ORT Belgium ASBL est l’une des cinq organisations nationales qui contribue aux activités dans les autres pays, et anime cette volonté d’aider ceux dans le besoin de l’autre côté de la planète.

Il y a plus de cinq ans Charlotte m’a proposé de rejoindre l’ORT en Belgique, ce qui m’a beaucoup touché. Siégeant sur le Board of Trustees de World ORT (qui coordonne les organisations nationales et les programmes mondiaux) et présidant l’activité « Coopération Internationale », ainsi que membre des conseils d’administration de l’ORT Amérique et de l’ORT France, Charlotte m’a offert de participer à l’ORT, dans mon pays.

Merci à tous les professeurs et membres de l’ORT qui ont réussi à faire survivre cette fondation malgré de nombreux évènements historiques et idéologiques traversés depuis sa création. Merci de ce dévouement unique et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie, à l’unification et au dépassement de soi de tous nos élèves pour une société plus égalitaire et humaine où tout est possible.

Merci à Charlotte non seulement pour son implication, dynamisme, générosité, vision et éthique à l’ORT ainsi que de m’avoir offert sa confiance.

Merci d’avoir contribué à la survie de la culture, langue et histoire du peuple juif. Nous sommes aussi juifs par les mots, et l’ORT contribue à la transmission intergénérationnelle de ces valeurs qui ouvrent les esprits à l’humanité.

Si ma famille a co-fondé l’ORT, il est d’autant plus difficile d’en être digne et de mériter de faire partie de cette magnifique institution internationale, leader de l’éducation juive dans le monde, qui ne cesse de m’apprendre et me surprendre.

C’est un honneur de suivre les pas de mes ancêtres, de mon cousin qui avait pris la présidence de World ORT, de ses équipes et autres membres des conseils tous mobilisés et motivés à soutenir cette cause si noble.

Aider les autres est le plus grand cadeau que l’on puisse faire y compris à soi-même.

Baron Vivien de Gunzburg

Vice-Président – ORT Belgium ASBL

« Le Baron de Gunzburg a d’abord travaillé en ‘fusions et acquisitions’ chez Safra, Rothschild et Lazard. En 2001, il participe à la création de Rohatyn Associates où il travaille en binôme avec l’ambassadeur des Etats-Unis Felix Rohatyn, le « deal maker » qui a sauvé la ville de New York de la faillite.

Puis en 2003, il crée Findercod, société de conseil financier qui lui fait découvrir que les besoins de ses clients concernent bien plus la recherche de financements pour leurs projets d’infrastructure que les fusions et acquisitions. Il revient sur ses pas d’analyste crédit à la Société Générale et fonde en 2019 le fonds de dette privée ‘Ceres’ aux Etats-Unis pour y rénover les infrastructures stratégiques. Ainsi Vivien de Gunzburg est sur les pas de sa famille, banquiers de St Pétersbourg à Paris, qui avaient notamment financé le Transibérien. Financier, le Baron de Gunzburg est aussi philanthrope. Il soutient, dirige ou crée des associations dans l’éducation (ORT), dans la recherche médicale (de Gunzburg Myeloma Research Foundation, FFRMG) et dans les relations internationales (Fondation Franco-Américaine, Travellers). Business ou associations à but non lucratif, le Baron Vivien de Gunzburg veille à ce que l’impact de ses actions sauve ou améliore les vies, communautés, environnement social et économies. Ses investissements, mécénats et engagements illustrent clairement sa digne descendance de la dynastie des Barons de Gunzburg. »